Quoi, encore un challenge??? Pfff… Je vous arrête tout de suite. Pas question ici de se verser des seaux de glace sur la tête ou de s’enfoncer des aiguilles à tricoter dans les yeux. Ni de convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit. Non, il s’agit simplement de faire un test sur un sujet potentiellement intéressant et de partager les résultats.

Bonjour, je m’appelle Renaud et je suis accro au sucre

La formule peut prêter à sourire, pourtant elle est bien réelle. Il m’aura fallu du temps pour l’admettre. Je pensais être à l’abri des addictions et pourtant… Le fait est là, à mes yeux, le sucre est une drogue dure et il est difficile de m’en passer.

Pour situer mon problème sur une échelle de 1 à 10, disons que je n’ai jamais voulu m’ouvrir les veines par manque de sucre mais parfois je donnerais mon poumon gauche pour avoir une dose. Je ne connais pas l’équivalent numérique de cela mais vous voyez le genre.

Un jour, une personne spécialisée dans le traitement des addictions et passionnée de neurologie m’a dit que, dans certains cas, 21 jours (en moyenne) suffisaient pour se défaire d’une habitude.

Si mon souvenir est correct, son explication était la suivante: nous avons (presque) tous un cerveau avec, à l’intérieur de celui-ci, les neurones (synapses). Chaque fois que nous faisons quelque chose, une connexion se crée entre deux synapses. Lorsque nous reproduisons l’acte, le lien entre les synapses se renforce et permet à l’information de passer plus rapidement. Apparemment il faut répéter cet acte en moyenne 21 jours pour en faire une habitude. Evidemment, plus il est reproduit, plus l’habitude est ancrée. Le bon côté de ce système c’est qu’il fonctionne dans les deux sens, 21 jours pour programmer une habitude et 21 jours pour la déprogrammer.

Bien entendu il n’est pas nécessaire de supprimer toutes les habitudes, la plupart sont saines et nous permettent de fonctionner. Cependant, d’autres sont toxiques et nous pourrissent littéralement la vie. Elles prennent alors la forme d’addictions.

L’idée, ici, consiste donc à « défaire » les synapses d’une de mes habitudes nocives, le sucre, durant cette fameuse période de 21 jours (26 dans le cas présent parce que j’aime compter large).

Je me doute que ces « 21 jours » sont un modèle théorique et que, dans certains cas, la déprogrammation d’une habitude nécessite beaucoup plus de temps. Mais je suis curieux et l’idée de mettre mon addiction à l’épreuve de ce test est séduisante. Suffisamment d’aliments contiennent du sucre naturellement, me passer des additifs ne pourra que me faire du bien.

Alors durant ces 26 jours de diète, je dis: « adieu prosecco, vin blanc, bières, cerises Haribo, chocolat noir praliné, sucre de canne (cristallisé bio), pâtisseries, desserts… » Je vous aimais bien. Ne pleurez pas, on se retrouvera. Différemment. Probablement.

A ma disposition, la bonne volonté de l’épicier du coin (interdiction formelle de me vendre autre chose que l’eau), des proches (c’est sûr, les apéros vont avoir un autre goût) et un superbe calendrier sur lequel faire une jolie croix tous les jours.

Rendez-vous le 26 août pour voir combien de cases sont cochées et si je suis encore comme un chien de Pavlov à l’idée d’une dose de sucre dans mon corps.

Si vous souffrez de la même pathologie ou que vous avez une expérience similaire à partager, n’hésitez pas à faire un commentaire. On se sent moins seul quand on est au moins deux.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Pin It on Pinterest

Share This