Vous vous sentez englué(e) dans un quotidien morne? Vous avez des envies de voyage au long cours? Ou vous aimez simplement découvrir de nouveaux endroits bien installé(e) dans votre fauteuil? Voici Jean-Loup, un globe-trotteur qui filme ses voyages et partage ses aventures, principalement intérieures, sur Youtube. Qui est-ce? Pourquoi fait-il cela? Qu’est-ce qui le différencie des autres vidéo-blogueurs? Les réponses à ces questions, et bien plus encore, dans cet article.

Prisonnier d’un quotidien qui ne convient pas 

A l’image de Leo Babauta, dont on a parlé dans un article précédent, Jean-Loup c’est Monsieur tout-le-monde. Un jeune homme comme on en croise beaucoup. A 19 ans, il arrête ses études, intègre le monde du travail comme salarié, se défonce au boulot, fait la fête, fume, picole.

Six ans plus tard, il se pose pas mal de questions, surtout existentielles: où en est-il? où veut-il aller? quel sens donner à ce modèle de vie métro-boulot-dodo? etc. A ses yeux, les réponses ne sont pas satisfaisantes et le constat est sans appel: il stagne.

Il ressent alors le besoin de prendre du recul pour réfléchir, faire le point, quitter cette routine qui le mine. Il aspire à maitriser son temps, ses mouvements et ses idées. Etre L.I.B.R.E.

Il en a ras les boulettes de se tuer à la tâche pour des patrons qui ne reconnaissent pas sa valeur. Il veut travailler pour lui, faire ses propres erreurs.

Comment changer cela? Tout. Envoyer. Balader.

C’est décidé, il part voyager.

En se renseignant sur différentes destinations sur internet, il tombe sur des vidéos de gens qui se construisent une vie autour du voyage et qui sont financièrement indépendants. Il a alors l’idée d’utiliser son voyage non pas comme une fuite mais comme un outil de création de contenu. ll quitte son boulot, met quelques affaires dans son sac à dos (Osprey Farpoint 40L, une merveille), pend le train direction l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaule et fait le grand saut.

Youtube, nouvelle agence pour l’emploi

En quelques années, les plateformes vidéos, et Youtube en particulier, sont devenues des acteurs incontournables de la création d’emploi. On oublie le modèle traditionnel CDD/CDI éculé, ici on ne trouve qu’une forme d’auto-entrepreunariat 2.0 qui séduit de plus en plus de monde. Célébrité et richesse sont à portée de clic et nombreux sont ceux qui rêvent d’un accès direct, en classe business, à ce nouvel eldorado. Pour y arriver, une formule mathématique élémentaire: création de contenu vidéo + trafic = revenus. En pratique c’est un peu plus compliqué.

La personne qui veut devenir riche en 24h oubliera vite Youtube. Se construire une communauté de fans, une audience, prend du temps et exige beaucoup de travail. Il s’agit d’entendre une problématique particulière rencontrée par les internautes et d’y répondre avec un contenu spécifique.

Le principe est simple et accessible tous. Il suffit d’une caméra ou un smartphone, d’une connexion internet et c’est parti. On ne compte plus, par exemple, les chaînes Youtube consacrées au voyage. Ces vlogs (blogs vidéo) se comptent par millier. Et c’est là le problème. Dans cet océan d’informations souvent redondantes, il faut se battre pour se sortir du lot.

Ces vidéastes globe-trotteurs sont légion, et tous rêvent de gagner des dizaines de milliers d’euros par mois avec leurs vidéos. L’intention est louable, certes, mais les moyens mis en place laissent perplexe. Caméra Go Pro embarquée dans un tuk-tuk, panoramique 360° sur une plage de carte postale, vidéos de food porn ad nauseam etc. C’est parfois plaisant visuellement mais rarement intéressant. Les commentaires ne sont la plupart du temps qu’une succession de platitudes insipides. Le contenu proposé est digéré aussi vite qu’il est ingéré. Et il ne reste rien à part des minutes perdues à regarder du vide.

En regardant tous ces vidéastes globe-trotteurs aborder les mêmes sujets (visas, budget, équipement, transport…) dans les mêmes villes (Phnom Penh, Bangkok, Chiang Mai, Ho Chi Minh…), il est difficile de ne pas les imaginer un jour tous au même endroit au même moment. Comme une armée de marcheurs occupés à faire des monologues face à leur smartphone ou leur Go Pro avec leur perche à selfie, imperméables à ce qui se passe à l’extérieur de leur bulle, se cognant régulièrement les uns aux autres.

La thérapie par le voyage

Depuis janvier 2017, il se balade au gré de ses envies, surtout en Asie du Sud-Est. Ce qui à l’origine n’était qu’un outil de communication se révèle vite être une vraie passion. Il se prend au jeu, filme son périple à Bali, aux Philippines, en Thaïlande, en Malaisie… et agrémente le tout de conseils pratiques concernant les visas, les logements, les transports, le budget, les billets retour, l’équipement du voyageur etc. Plein de petites choses utiles quand on part en voyage. Sympathique mais jusque là, rien de neuf sous le soleil.

Là où ça devient intéressant c’est lorsqu’il utilise sa caméra pour nous donner accès à des choses plus intimes. Il se met à nu et aborde des sujets personnels qui concernent tout le monde: pourquoi voyager seul, comment se faire des amis en voyage solo, voyager responsable, comment être plus zen, oser lancer son projet, comment se réaliser, sortir de sa zone de confort, trouver sa voie etc.

Il donne aussi une dimension psychologique à ses vidéos en questionnant des notions importantes telles que l’estime de soi, les valeurs, les fausses croyances, la réussite, la perception d’une réalité subjective, la légitimité, le lâcher prise, les masques sociaux, le cercle vertueux, l’audience imaginaire…

Ce genre d’exercice pourrait vite tourner à la démonstration narcissique énervante mais Jean-Loup parvient à insuffler une fraicheur et une profondeur inattendues. Il transmet un ressenti, excelle dans le partage d’expériences et fait ses vidéos comme si sa vie en dépendait.

Ses réflexions sont simples:
demain se construit aujourd’hui;
– chaque jour nous avons la capacité de changer notre vie;
– la vie nous est donnée en quantité limitée;
– nous devons la vivre en cohérence avec ce que nous sommes;
– c’est en allant à la rencontre de soi-même que l’on peut se réaliser complètement;
– il faut avoir le courage de creuser son propre sillon en dépit de la pression sociale;
– pour être libre, une seule option, VIVRE UNE VIE DE CHOIX.

Grand consommateur de produits liés au développement personnel, il pose aussi un regard critique sur ce business et fait des synthèses pertinentes de tout ce qu’il intègre. On le sent concerné par ce qui touche aux valeurs et au sens donné aux choses.

A la différence de nombreux youtubeurs, il ne donne pas de leçons mais livre ses réflexions, ses doutes, ses craintes, ses moments de bonheur aussi, avec beaucoup de sincérité et de transparence. Tout ça en effectuant un vrai travail d’introspection.

Le ton est direct, dynamique, familier, bienveillant. Il a l’air cool, on a envie d’être son pote. Sa réussite réside dans cette capacité à proposer une réflexion intéressante sur la créativité, la confiance en soi, ici dans le contexte du blog vidéo, tout en s’adressant à tout le monde.

C’est peut-être ça son secret, l’universalité du propos, cette faculté de parler à tous, de toucher les coeurs et les esprits. En plus d’une personnalité attachante.
On ne peut que lui souhaiter bonne route sur son chemin…

Retrouvez toutes les vidéos de Jean-Loup sur sa chaîne Youtube.

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Pin It on Pinterest

Share This