Imaginez: vous roulez à vélo ou vous faites du roller sur une piste d’atterrissage. Puis vous sortez les couvertures, vous les étendez sur la pelouse qui borde la piste et vous profitez d’un bon barbecue. Le moment est parfait. Et tout ça sans aucun bruit de réacteurs. Incroyable mais vrai! C’est le quotidien des habitants de Berlin et ça se passe sur le terrain de l’ancien aéroport de Tempelhof dans le centre-ville. Suivez le guide.

Petite histoire d’un grand symbole

Jusqu’en 1923, le domaine militaire sur lequel sera construit l’aéroport est réservé aux défilés militaires. Lorsque ceux-ci se terminent, les Berlinois prennent le terrain d’assaut en famille et le transforment en parc durant les week-ends et les vacances. Construit en 1923, l’aéroport est achevé en 1936 pour Hitler dans un style monumental en l’honneur de la grandeur de la capitale allemande. 

Les architectes n’ont pas fait les choses à moitié, c’est le troisième plus grand bâtiment au monde en termes de superficie au sol, après le Pentagone et le palais du parlement de Bucarest1. 

Préservé des bombardements alliés durant la Seconde Guerre mondiale, l’aéroport joue un rôle essentiel lors du blocus de la ville en 1948-1949. Les Américains l’utilisent lors du pont aérien qui ravitaille Berlin-Ouest. Durant cette période les avions décollent et atterrissent toutes les 90 secondes. L’histoire en fait un symbole fort auquel les Berlinois resteront très attachés. 

Le choc des années 1970 

L’aéroport voit son coût exploser avec le choc pétrolier de 1973. Deux ans plus tard la Pan Am et British Airways choisissent les nouvelles infrastructures de l’aéroport de Berlin-Tegel pour leurs vols. Les pistes de Tempelhof sont trop courtes et ne peuvent plus accueillir les avions de ligne modernes.Cette concurrence fait chuter sa fréquentation. Ensuite l’agrandissement et la modernisation de l’aéroport Berlin-Schönefeld achèvent de mettre Tempelhof à genoux.

La décision de le fermer est votée en 2007 et l’année suivante le terminal cesse définitivement ses activités aéroportuaires. Jusqu’à cette date, l’aéroport de Tempelhof était l’un des plus vieux aéroports en activité.

En 2010 il est reconverti en parc. A l’image de nombreux bâtiments à Berlin, l’aéroport se recycle et se découvre une nouvelle jeunesse.

Une visite hors du temps

Vu son coût d’entretien élevé, la ville de Berlin rentabilise le bâtiment principal en l’ouvrant à des événements, des tournages et des visites. C’est l’occasion de de (re)plonger dans l’histoire de la ville à travers la découverte d’un lieu emblématique.  La visite est impressionnante et presque fantomatique. Durant deux heures on traverse le bâtiment de l’aile gauche à l’aile droite en passant, entre autres, par les halls des départs et des arrivées, un restaurant, une salle VIP, un terrain de basket installé par les Américains, un abri antibombes et un souterrain. Découvrir cet immense bâtiment vide en parfait état est très particulier. C’est comme faire l’expérience d’une téléportation spatio-temporelle.

Détente au bord d’une piste d’atterrissage

Au total ce sont plus de 300 hectares transformés en espace de détente dont 6 kilomètres de pistes accessibles au public pour un usage récréatif. Jogging, vélo, roller, skateboard, tout est permis tant qu’il n’y a pas de moteur.C’est l’endroit idéal pour pratiquer son activité favorite sur sol plat. Constitué de deux pistes parallèles, le terrain est long. Il faut environ 30 minutes pour le parcourir d’un bout à l’autre.  Les immenses pelouses autour des pistes sont à disposition pour les barbecues, les pique-niques, le cerf-volant ou la sieste. Il y a également un grand espace réservé aux chiens.

Se promener sur le site est une expérience inédite. Les hangars sont fermés et les passagers ont désertés le terminal mais l’endroit est resté en l’état. Et si le parc accueille de nombreux visiteurs, il n’en a pas été décoré pour autant. Asphalte, arbres et herbe, rien de plus. 

Pour voir des fleurs il faut se diriger vers le bout des pistes, côté Oderstrasse. C’est là que se trouvent les jardins urbains parmi les plus grands d’Europe.

Profiter de la campagne sans quitter la ville

Ouverts à tous et gérés par la collectivité, ils offrent un espace de rencontre et d’échange pour créer des liens et développer des projets à vocation sociale. Différentes événements y sont organisés et des débats réguliers permettent aux gens de donner leur opinion sur divers sujets de société. Il faut prendre le temps de déambuler sur ces petits sentiers, passer d’un univers à un autre, discuter avec l’un de ces jardiniers urbains pour réaliser combien les Berlinois mettent ici en pratique des mots chers à leur ville: liberté, harmonie, cohabitation.
Comme la ville n’autorise pas de creuser le sol, probablement contaminé par des résidus de kérosène, les plantes, fruits et légumes bios sont cultivés en hauteur. Différents matériaux de récupération forment les structures de cette oasis urbaine. Palettes recyclées, caddies, chaussures, casseroles, tout est bon pour composer cet immense potager hors norme. L’ambiance est détendue et ce petit labyrinthe coloré est un vrai plaisir pour les yeux.
Même fréquenté l’ancien aéroport de Tempelhof reste calme tant il est vaste. Parcourir les kilomètres de pistes et déambuler dans les jardins urbains invitent à la détente et à la contemplation. On peut s’y balader quelques heures ou y rester la journée. Peu connu des touristes, c’est un endroit vraiment étonnant qui mérite le détour.

Informations pratiques

Idéalement situé entre les districts de Tempelhof, Kreuzberg et Neukoln, l’ancien aéroport possède trois entrées principales (nord, est et ouest). Plusieurs lignes de bus et de métro le desservent. L’entrée est gratuite et le site reste accessible tous les jours de l’année. Les heures d’ouverture dépendent de la saison. Toutes ces informations sont disponibles sur le site Grün Berlin.

Pour les visites du bâtiment on peut trouver tous les renseignements (en anglais) sur le site officiel Tempelhof-Berlin.

1 Wikipedia: Aéroport de Berlin-Tempelhof 

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Pin It on Pinterest

Share This